Au revoir M. Claude Brasseur.

claudebrasseur3

C’est avec une immense peine que nous avons appris ce jour le décès d’un des plus grands comédiens du cinéma français : monsieur Claude Brasseur.
Nous avons eu la chance de collaborer à 17 reprises avec cet artiste incroyable, mais sa filmographie est évidemment bien plus vaste que cela, et compte près d’une centaine de films !

Comédiens de père en fils, la dynastie Brasseur a su transporter les français de génération en génération.

claudebrasseur1

« Je n’ai jamais eu l’impression de travailler, je m’amuse. J’aime bien me déguiser, j’ai tout fait, j’ai tout vécu. »

Dans son cinéma, Claude Brasseur était tour à tour, le policier rassurant, un homme en recherche de vérité, la figure d’un père que nous aurions toutes et tous aimé avoir, un mari dévoué, il a incarné chacun de ses rôles avec dévouement ! Il a joué aux cotés pour les plus grands tels que Renoir, Godard, Lautner, Pinoteau, Truffaut, Berri, Blier, Téchiné, Sautet ou Yves Robert.

claudebrasseur2

« Je suis parfois jaloux de certains rôles , mais jamais envieux du succès qu’ils valent à ceux qui les interprètent bien . »

Le lien entre Gaumont et Claude Brasseur a commencé à se tisser dès 1959, pour l’un de ses premiers rôles au cinéma dans La Verte Moisson qui a compté plus de deux millions d’entrées en salle. Bien des années plus tard, Claude Brasseur a attiré près de 4,3 millions de spectateurs en salles avec le cultisme film de Claude Pinoteau, La Boum où il incarnait le père de Sophie Marceau, le premier long métrage de la comédienne. La suite, La Boum 2 a elle aussi connu un succès phénoménal en cumulant près de 4 millions d’entrées !

Claude Brasseur a obtenu deux César, et nous pensons évidemment à celui obtenu en 1977 pour le Meilleur acteur dans un second rôle pour Un éléphant ça trompe énormément, film qui a connu une histoire incroyable et qui avait séduit près 3 millions de spectateurs à l’époque.

Yves Robert nous disait « Nous irons tous au Paradis » en 1977, mais surtout vous M. Claude Brasseur, merci pour tout ce que vous avez apporté au cinéma français.

Laisser un commentaire