Au revoir monsieur Godard

Jean-Luc Godard

Il a changé le cinéma. Il a su animer les débats. Il ironisait la vie, les commentaires, les idées.

Très jeune Jean-Luc Godard a su pétiller pour ce qui sera son art le cinéma.  De la critique à la réalisation, il a fait de sa passion son métier.

Le 3 décembre 1930, Jean-Luc Godard naissait à Paris. Nous ne le savions pas à cet instant, le cinéma français sera éternellement changé !

Jean-Luc Godard

Jean-Luc Godard a révolutionné le cinéma comme rarement. Par son travail de l’image, son analyse de la société, le croisement des arts, il a su provoquer le spectateur et invitait à réfléchir en s’affranchissant des règles strictes du cinéma.

Gaumont est profondément triste de dire au revoir à cet immense monsieur au cinéma si riche. Entre 1962 avec Les Sept Péchés capitaux et 1996 avec For Ever Mozart, de nombreux longs métrages aussi travaillés qu’uniques sont venus jalonner un travail commun entre Gaumont et le réalisateur.

Parmi toutes ces réalisations, on se souvient particulièrement de :

Sauve qui peut (la vie) :
Denise Rimbaud abandonne son mari, son travail et la ville pour aller vivre à la campagne. Paul Godard, producteur d’émissions de télévision, a peur de quitter la ville, peur de la solitude depuis le départ de Denise. Isabelle a quitté sa campagne pour venir se prostituer en ville. L’imaginaire, la peur et le commerce sont, à travers le trajet de ces personnages, les trois mouvements du film qui se terminera par celui de la musique.

 

Sauve qui peut

Soigne ta droite :
L’ « Idiot » dit aussi le « Prince » est un cinéaste réduit à faire des travaux alimentaires. Ainsi, il doit réaliser dans la journée, un film pour un commanditaire qui ne sait trop ce qu’il veut. Pour se tirer d’affaire, le « Prince » teste diverses fictions et nous en livre les ébauches, les ratures.

Jacques Villeret, Jane Birkin, François Périer, Michel Galabru, Dominique Lavanant, Rufus, Eva Darlan et tant d’autres… Il fallait au moins ces grands noms du cinéma pour porter à l’écran cette adaptation libre de L’Idiot de Fiodor Dostoïevski.

Soigne ta droite

 

JLG / JLG
Autoportrait où sur fond de citations de films, de commentaires ou de silence, Jean-Luc Godard livre ses souvenirs, son environnement, son intimité, sa compréhension du monde.

Objet artistique complètement unique, c’est une rencontre entre introspection esthétique et poétique !

JLGJLG

Tout va bien :
C’est l’histoire de la crise d’un couple dans une société en crise, la France en 1972. Lui est un cinéaste déçu qui s’est mis au chômage après 1968. Elle est correspondante en France d’une chaîne de radio américaine. Godard profite de cette histoire d’amour pour remettre en question la société.

On s’envole clairement vers l’international avec Yves Montand, Jane Fonda, ou encore Vittorio Caprioli.

Tout va bien

Le plus vieux métier du monde :
De la préhistoire à un futur supposé, plusieurs sketches illustrent l’activité de certaines femmes qui, de tous temps, ont fait le commerce de leurs charmes et qui ont toujours fait preuve d’une ingéniosité et d’une imagination diabolique dans ce domaine.

Le plus vieux métier du monde

Ce personnage iconoclaste de la nouvelle vague, nous quitte et c’est tout le cinéma français qui est en deuil. Nous pensons à tous les proches de Jean-Luc Godard, au revoir monsieur JLG !

Laisser un commentaire